Mala Junta

Mala Junta

mala juntaMala Junta, film chilien, 1h35 (avec Andrew Bargsted, Francisco Pérez-Bannen)

Langues : espagnol, mapuche
Langue dominante : espagnol

Synopsis : Tano, adolescent turbulent, est envoyé dans le sud du Chili, chez son père qu’il n’a pas vu depuis plusieurs années. Au lycée, il fait la connaissance de Cheo, jeune garçon timide d’origine mapuche, malmené par les autres élèves. Ils se lient d’amitié, chacun apprenant à dépasser ses difficultés grâce à l’autre. Si Tano canalise progressivement sa colère, Cheo quant à lui trouve la force de revendiquer son identité amérindienne. Tous deux s’impliquent alors dans la défense du territoire Mapuche…

Date de sortie au cinéma : 14 mars 2018 (vostfr)

Mon avis : Mala Junta est extrêmement simple et réaliste. On croirait voir un moment de vie à peine scénarisé.

Dans ce film, on aborde les sujets tels que l’amitié, les difficultés familiales, le harcèlement, la violence policière ainsi que la délinquance juvénile mais Mala Junta paraît être avant tout un prétexte pour dénoncer les injustices vécues par la communauté mapuche. Je retiens également du film la volonté de montrer ce que peut apporter la solidarité dans la vie de ces personnages imprégnés de solitude.

Par ailleurs, les acteurs délivrent une performance brûlante d’honnêteté.

En ce qui concerne la langue, prenez en compte qu’entre l’accent chilien, l’argot omniprésent et la cadence rapide des dialogues, c’est un espagnol difficile à comprendre. Personnellement, les sous-titres m’ont sauvée !

Et vous, avez-vous déjà expérimenté des problèmes de compréhension face à un accent espagnol en particulier ?

Je vous invite à cliquer sur le lien vers cette vidéo en VOSTFR : Claudia Huaiquimilla pour Universcine

C’est une interview de la réalisatrice, Claudia Huaiquimilla. Elle ne dure que 5 minutes mais c’est véritablement intéressant. La réalisatrice explique d’où vient le titre, son point de vue, ses sources d’inspiration pour le film, le type d’adolescence qu’elle a vécu, etc. Personnellement, je suis un peu tombée sous son charme.

Advertisements
Un novio para mi mujer

Un novio para mi mujer

Un novio para mi mujerUn novio para mi mujer, film argentin, 1h40 (avec Valeria Bertuccelli, Adrián Suar)

Synopsis : Un homme, insatisfait par sa vie de couple, décide d’engager un séducteur professionnel qui a pour mission de conquérir le cœur de sa femme. Ainsi, il espère avoir trouvé le meilleur moyen de divorcer.

Disponible avec des sous-titres espagnols sur clasevirtual.ru

Mon avis : J’ai été très séduite par ce film. C’est le type de comédie que je préfère. Beaucoup de dialogues, de monologues, beaucoup d’absurde dans les discours, un peu de poésie, un brin de philosophie. Il y a plusieurs scènes que je trouve très mémorables et pour moi c’est un peu le signe qu’une comédie est réussie.

Rezeta

Rezeta

rezetaRezeta, film mexicain indépendant, 1h25 (avec Rezeta Veliu)

Synopsis : Rezeta, magnifique et fougueuse mannequin albanaise, débarque à Mexico où elle ne tarde pas à user de ses charmes pour démarrer une nouvelle vie.
Langues : anglais et espagnol
Langue dominante : anglais
Disponible en vostfr sur Netflix.

Mon avis : Les images du film sont belles. Il est évident que le réalisateur voulait que son film soit esthétiquement plaisant. Sur ce point-là c’est donc une réussite. Pour ce qui est de l’histoire elle-même, je la trouve décevante. Parfois on a l’impression que le plus grand but du film était pour la protagoniste de dire “Je m’appelle Rezeta”. Presque tout repose sur ce personnage, Rezeta, cette jeune femme qui paraît inconsciente et qui ne se prend pas la tête. Elle n’est pas particulièrement attachante mais pas détestable non plus. D’ailleurs le problème est bien là, aucun des personnages n’est bien marquant. Ce film se laisse regarder mais il se laisse également très vite oublier.